Défiscalisation outre-mer 100% sécurisée

La loi Girardin logement social

Tout comme le dispositif Girardin industriel, la loi Girardin logement social a été établie par l’Etat dans le but d’encourager les investisseurs et particuliers à contribuer au développement économique durable dans les DOM-TOM. Cette loi vise la construction et la rénovation de logements sociaux en outre-mer.

Fonctionnement de la loi Girardin logement social 2016

Le principe de la Loi Girardin logement social est de permettre aux investisseurs d’acquérir des parts au sein d’une société finançant la construction et la rénovation de logements sociaux. Cette société montée en SCI (Société Civile Immobilière) ou SAS (Société par Actions Simplifiées) mettra en location sur une durée de 5 ans les logements construits à des bailleurs sociaux. Ces bailleurs se chargeront ensuite de sous-louer les logements à titre de résidence principale à des personnes physiques ayant des revenus soumis à barème. Les loyers praticables sont également sujets à un plafonnement.
Les 5 ans de location atteints, les parts seront cédées aux bailleurs pour une valeur symbolique.

Avantages et risques de la loi Girardin logement social 2016

Comme tout autre dispositif de défiscalisation, un investissement en Loi Girardin logement social comporte à la fois des avantages et des risques.

Parmi les avantages, il y a :

  1. Sa rentabilité attractive, soit une réduction d’impôt qui correspond à 20% de l’apport
  2. Les bailleurs publics ou semi publics garantissant le remboursement des loyers à la SAS ou SCI
  3. L’opération one shot, c’est-à-dire le fait d’économiser l’impôt sur l’année fiscale de réalisation du placement qui peut être renouvelé chaque année

Quant aux risques, ils sont faibles mais ne doivent tout de même pas être écartés. A savoir :

  • La non-occupation des logements qui n’est pas très évident compte tenu de la forte demande de logements sociaux et l’insuffisance des HLM dans les DOM COM
  • Le non remboursement des loyers à la SAS ou la SCI, cependant ce risque est minime vu le sérieux des organismes publics et semi publics en charge de mettre en location les logements sociaux